Couvent des Ursulines de Valréas

par Blandine Silvestre

Présentation

Cotes extrêmes

105 H 1

Intitulé

Couvent des Ursulines de Valréas

Dates extrêmes

1638

Description physique

Type

Document d'archives

Nombre d'éléments

1 article

Métrage linéaire

0,05

Éléments historiques

Les circonstances du premier établissement des Ursulines à Valréas, à l'initiative de Marie Stéphani au début du XVIIe siècle, sont essentiellement connues grâce aux sources complémentaires car le fonds de cet établissement se réduit à un seul article, mais d'importance s'agissant de la règle approuvée par l'évêque en 1638.

En 1608, Mgr Guillaume Cheisolm, évêque de Vaison, signale à la Sacré Congrégation l'amorce d'une communauté : "Il y a cinq jeunes filles d'honorable condition, nées de familles notables, qui se sont astreintes par vœu à la chasteté perpétuelle ; depuis deux ans, elles se sont réunies dans une maison privée sous l'obéissance d'une préfète choisie par elles, et sous la règle de sainte Ursule, adoptant la vie commune religieuse ; elles émettent les trois vœux de chasteté, pauvreté et obéissance, mettant en commun la pension allouée à chacune d'elles sur leur fortune familiale. Elles portent des vêtements laïcs mais de couleur noire et simples, et elles ont la tête voilée quand elles sortent dans les rues soit pour aller entendre l'office, parce qu'elles n'ont pas de chapelle chez elles, soit pour aller voir des parents et des amis, ce qu'elles font du reste rarement, et jamais sans la permission de leur préfète." La mission de cette fondation ursuline est naturellement l'éducation chrétienne des jeunes filles du pays.

L'indication suivante, inscrite au bas du rapport fixe la ligne de conduite à adopter envers ces Ursulines :"Que l'évêque s'occupe de faire ériger le plus vite possible un monastère où ces jeunes filles garderont la clôture, et en attendant qu'il veille à ce qu'il ne se produise aucun scandale." Le procès-verbal de la visite pastorale, daté de la même année 1608, est conforme à l'esprit de la recommandation romaine. La réforme ne sera cependant adoptée qu'en 1627, à la demande de la supérieure Marie Stephani, sur le modèle du monastère d'Arles.

Les années 1640 sont marquées par des difficultés financières, au point qu'entre la fin de l'année 1648 et le printemps 1649, Mgr Joseph Marie de Suarès accorde à plusieurs religieuses le permis de quitter le couvent de Valréas pour rejoindre d'autres maisons religieuses. Au début de l'année 1660, la sœur Françoise de Gay est autorisée à rentrer au couvent de Valréas. Dans une lettre à l'évêque, la mère supérieure, Marie de Charency, s'émeut de cette permission arguant de la fragilité persistante de sa situation financière, en dépit de la protection et du zèle généreux et bienveillant de "Monsieur le prieur de Villeneuve" sur le point de restaurer la communauté au complet.

En juin 1695, grâce à un échange de propriétés, les Ursulines quittent leur premier établissement, voisin de la maison curiale proche des Antonins, pour investir la maison avec jardin, cour, écurie et vivier de François de Villeneuve à la grande rue, quarte saunière. En 1704 la propriété des Ursulines s'est accrue d'une autre maison et four, acquise du même François de Villeneuve et de nouveaux jardins.

Le 25 février 1712, en présence de l'évêque Joseph François de Gualteri, les religieuses donnent à prix-fait la construction de leur église, chœur et sacristie à un maître entrepreneur, originaire de Pontarlier, habitant Montélimar, Jean-Pierre Chambé. Quatre maisons voisines, vouées à la démolition sont achetées entre les mois d'août et de novembre de la même année. Le chantier s'achève en 1715 selon l'acquis mutuel signé le 26 décembre. Cette quittance fait état de la somme de onze mille livres prévue aux termes du contrat, reçue en plusieurs acomptes par l'entrepreneur au cours du chantier comme des augmentations faites au prix-fait pour un montant de 986 livres 18 sols. Lors de la visite de l'évêque Joseph Louis de Cohorn de Lapalun au mois de mai 1726, des travaux sont à faire pour mettre hors d'eau les substructions voûtées du bâtiment de l'église du côté du grand jardin.

Les dispositions d'un hôtel particulier répondant fort peu aux exigences de la vie religieuse, le 25 juin 1763, les Ursulines profitent de la visite pastorale de l'évêque pour lui remettre un mémoire exposant, d'une part le bon équilibre de leurs revenus et dépenses, d'autre part le projet de construction d'un nouveau corps de logis dressé à leur demande par l'architecte Jean-Baptiste II Peru d'Avignon. L'évêque y donne son agrément.

En 1770 et 1772 les Ursulines de Valréas font encore l'acquisition de deux domaines. En 1776, prétextant la pauvreté de leur monastère et l'ancienneté d'une grâce conférée par les vice-légats, elles obtiennent la remise de la moitié des lods inhérents à ces biens, aux dépens de la Chambre apostolique.

En application des lois révolutionnaires, le monastère est fermé au mois d'août 1792, un inventaire du mobilier est alors dressé. Les tableaux de l'église et du couvent sont dispersés lors de la vente réalisée en avril 1793. Les bâtiments du monastère dont une grande partie n'a pas été vendue sont estimés en décembre 1794 pour être détaillés en lots, attribués en location au mois de janvier suivant.

En 1802, à l'exception du quartier nord-est occupé par la gendarmerie et d'un lot formé de la chapelle, d'une écurie avec basse-cour et jardin encore en location, la majeure partie du couvent est dite en ruine et inhabitable. Quatre ans plus tard une estimation est dressée pour séparer clairement l'espace occupé par la gendarmerie de l'ensemble du terrain et des constructions dont la vente est programmée.

Une carte postale, datée du début du XXe siècle montre encore la gendarmerie de Valréas logée dans les vestiges de l'hôtel de Villeneuve et le grand bâtiment des Ursulines. La chapelle est aujourd'hui le siège de la confrérie des pénitents noirs de Valréas qui en firent l'acquisition en 1820.

Informations sur les modalités d'entrée

Séquestre révolutionnaire

Poursuivre votre recherche en ligne

Situer "Couvent des Ursulines de Valréas" dans son contexte

Sources complémentaires aux archives départementales de Vaucluse

6 G 20 : visites pastorales (1608).

6 G 35 : visites pastorales (1611, octobre 1624, février 1628, juin 1631, septembre 1635, juin 1640, mai 1697).

6 G 36 bis : visites pastorales (mai 1700, avril 1704, septembre 1711 ; mai 1726, août-septembre 1730, septembre 1740, octobre 1747, octobre 1749, septembre 1754, juin 1763 avec le mémoire pour la construction d'un nouveau bâtiment, juillet 1788).

Mandements et correspondance

6 G 21 : mandement de l'évêque pour la ville de Valréas (27 avril 1755).

6 G 23 pièces 349, 374 : correspondance.

6 G 36 pièces 70-74 : comptes (1621-1642), rôle des meubles (20 mars 1642), capitaux, revenus et charges (1639-1643), pièces 66-69 : instructions données au père Grannon s.j. pour rétablir l'esprit de la religion à ce couvent (22 février 1648), début et fin du congé donné à la sœur de Gay (avril 1649 ; janvier 1660), pièces 104-106 : commandement de l'évêque pour la réception d'une religieuse (août 1652) ; pièces 124-126 : mémoires sur les règles et constitutions (1649) ; pièces 139-144 : congé accordé à la sœur Isabeau de Brusset (décembre 1648) ; état des effectifs (avril 1660)

6 G 93 fol. 499-501 : autorisation de fondation de messes (27 janvier 1769).

1 L 258 : état des biens et revenus (18 juin 1790).

1 Q 12 : rapport d'estimation d'une partie des bâtiments avec "plan superficiel des battiments, bassecour et jardin provenant des cy devant Ursulines de Vauréas" (12 octobre 1806).

1 Q 86 : vente du domaine La Grande grange le 22 thermidor an IV (9 août 1796).

4 Q 4 : registres des inventaires des biens nationaux du district de l'Ouveze. Valréas, Ursulines fol.261-270 (28-30 août 1792).

4 Q 50 : district de Carpentras, procès-verbal de vente des meubles de biens nationaux à Valréas, religieuses ursulines (17-23 avril 1793).

14 Q 34 : biens nationaux, états, relevés des impôts dus pour les biens nationalisés, inventaire des biens des communes de Grillon et Valréas, 1er frimaire an VI (21 novembre 1797), état des maisons bâtiments et usines existant aux mains de la République à l'époque du 1er thermidor an X dont les loyers sont perçus par l'administration, n° 6 (20 juillet 1802).

14 Q 36 : biens de première origine, déclaration du bétail de la Grande grange, 25 thermidor an II (12 août 1794), estime et chargement des bestiaux de la Grande grange, 10 nivôse an IV (31 décembre 1795), estimation de la Grande grange pour adjudication à ferme, 26 nivôse an IV, (16 janvier 1796), estime et chargement des bestiaux du domaine de la Montagne, 28 nivôse an IV (18 janvier 1796), estimation à l'effet de faire des lots des bâtiments du couvent des Ursulines, 9 nivôse an III (29 décembre 1794), adjudication à titre de location d'une partie des bâtiments du monastère des Ursulines, 16 nivôse an III (5 janvier 1795),"Description et inventaire du fer qui se trouve au cy devant monastère de Sainte Ursule de la commune de Vauréas", 25 nivôse an III (14 janvier 1795), adjudication de bâtiments dépendant du monastère de Sainte-Ursule invendus, 26 nivôse an III (15 janvier 1795).

1 Q 63 : répertoire des ventes, n° 65 domaine de la Grange neuve.

1 Q 59 : répertoire des ventes n° 845 domaine de la Montagne.

Sources notariales relatives aux bâtiments du couvent

Notariat de Valréas. Étude Petit

3 E 72 / 364 fol. 376 v°-378 v° : échange de propriétés avec François de Villeneuve (6 juin 1695), fol.382-383 : donation conditionnelle de François de Villeneuve au monastère (6 juin 1695).

3 E 72 / 373 fol. 741-742 v° : procuration pour la reconnaissance d'une partie de leur maison (29 octobre 1704).

3 E 72 / 381 fol. 127 v°-132 v° : prix-fait de construction de l'église du monastère donné à Jean-Pierre Chambé (25 février 1712), fol. 437 : déclaration pour l'estimation d'une maison (29 août 1712), fol. 480 v°-484 : achat de maison (19 septembre 1712), fol. 487 : procuration de Pierre Payen pour la vente d'une maison aux Ursulines (19 septembre 1712), fol. 489 v°-490 : achat de maison (24 septembre 1712), fol. 501 v° : estimation de maison (3 octobre 1712), fol. 513-514 : acquit (12 octobre 1712), fol. 514-515 v° : investiture (12 octobre 1712), fol. 579-582 : achat de maison (11 novembre 1712), fol. 582 v°-583 : acquit (14 novembre 1712), fol. 585-587 : achat, acquit et cession (16 novembre 1712), fol. 587 v°-588 : procuration (16 novembre 1712), fol. 594 : rapport de cannage de maisons (17 novembre 1712), fol. 636 v°-637 : rapport de cannage de maison (5 décembre 1712).

3 E 72 / 382 fol. 74-75 v° : acquit (3 février 1713), fol. 95 v°-96 v° : ratification et acquit (10 février 1713), fol. 211 : acquit de Jean-Pierre Chambé (18 décembre 1713).

3 E 72 / 384 fol. 270 : procuration à Joseph Marie Darut notaire pour contraindre Jean-Pierre Chambé à achever le prix-fait de l'église du monastère (9 avril 1715), fol. 279 v°-280 v° : acquit de Jean-Pierre Chambé (13 avril 1715).

3 E 72 / 385 fol. 2-3 v° : acquit mutuel de Jean-Pierre Chambé et des religieuses (26 décembre 1715), fol. 131-133 : convention (3 avril 1716).

Sources complémentaires hors archives départementales de Vaucluse

Archives dép. Bouches-du-Rhône

84 H 1 et 3 Couvent des Ursulines d'Arles : livre des professions, fol. 15-16 profession de Marie de Stephani (1627).

Bibliothèque nat. de France

Fr 13,887 Ménologe, fol. 6, 64 v°.

Bibliothèque mun. Avignon

ms 6511 Documents sur la famille de Véri.

Archivio Segreto Vaticano

Congregazione Concilio, Relat Dioec. Vasionensis

Ursulines de Valréas : rapport de Mgr Guillaume Cheisolm (1608).

Congregazione Avignone 121

Ursulines de Valréas : mémoriaux, informations, lettres concernant une demande de dispense de règlement des demi-lods ou neuvains à la Chambre apostolique pour acquisition de biens fonciers (1776). Petit dossier de 8 pièces.

Archives générales des Ursulines de l'Union Romaine, Rome

Bc 187 : neuf lettres envoyées au couvent de Rome (1764-1782).

Bibliographie

Choquet (colonel Marc), Histoire de Valréas. Tome 1 : de l'origine à la Révolution. Valréas, 1951, p.53-54.

Géraud (Marthe), sœur Marie du Saint-Esprit. Aux origines des Ursulines en France. Compte-rendu de recherches. Lyon, 1999-2000, cahiers avec bibliographie.

Gueudré, mère Marie de Chantal, Histoire de l'ordre des Ursulines en France, 2 vol., Paris, 1958-1960.

Sarre (Alain), Vivre sa soumission. L'exemple des Ursulines provençales et comtadines (1592-1792). Paris, 1997, 671 p.

Venard (Marc), Réforme protestante, réforme catholique dans la province d'Avignon au XVIe siècle, Paris, éd. du Cerf, 1993, p. 756-764.

Date de création de la description

vendredi 25 mars 2016

Date de dernière modification de la description

lundi 2 octobre 2017

Mots-clés

Vous êtes dans : les inventaires en ligne
Thème de la recherche : histoire religieuse
Sous-domaine de recherche : catholiques
Contexte historique : Réforme catholique
Nom géographique : Valréas (Vaucluse, France)

Contenu

Informations bibliographiques

Informations de publication

Déclaration de titre

Titre : Couvent des Ursulines de Valréas
Sous-titre : Répertoire numérique
Auteur : par Blandine Silvestre

Déclaration de publication

Éditeur : Archives départementales de Vaucluse
Adresse : Avignon
Date : 2016

Profil

Création : Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 8-7.2 du mercredi 6 septembre 2017 . Date de l'export : lundi 2 octobre 2017 (12:44 h)
Langue : Instrument de recherche rédigé en français