Couvent des Ursulines de Malaucène

par Blandine Silvestre

Présentation

Cotes extrêmes

102 H 1-12

Intitulé

Couvent des Ursulines de Malaucène

Dates extrêmes

1639-1748

Description physique

Type

Document d'archives

Nombre d'éléments

12 articles

Métrage linéaire

0,09

Éléments historiques

À la demande de l'évêque de Vaison, Joseph-Marie de Suarès, le monastère des Ursulines de Valréas envoie six religieuses à Malaucène, en 1639, pour y fonder une communauté, placée dès le 17 juin 1640 sous le régime de la claustration. Les Ursulines s'installent dans une maison avec jardin appartenant à M. d'Astier qui s'engage à leur vendre le bien loué au terme de deux années.

Les relations conflictuelles entre le conseil de ville et le vicaire de la paroisse, Édouard Pontaix, affectent semble-t-il, la jeune institution. Sur dénonciation, le prêtre, qui est également procureur des religieuses, est accusé « d'aller souvent parler aux sœurs de Sainte-Ursule ». Une enquête est ouverte par mandement de l'évêque du 14 juin 1640. Le 6 septembre 1641, Mgr de Suarès interdit aux religieuses ursulines de Malaucène « de parler aux prêtres réguliers ou séculiers » sans sa permission écrite.

La visite pastorale de l'évêque de Vaison, Mgr Paul de Sallières de Fosseran, le 28 mai 1754, donne une image du couvent des ursulines au milieu du XVIIIe siècle. La communauté compte 10 religieuses et 2 servantes. Elle possède un capital de 26 à 27.000 livres qui lui procure un revenu annuel de 11.000 livres dont 800 livres sont affectées à l'entretien et au fonctionnement de la maison. La toiture de la chapelle voutée fuit, des réparations sont prescrites. Un tableau de la Sainte-Vierge doit être enchâssé à l'autel majeur de la chapelle. Deux autels secondaires sont dédiés au saint Ange gardien et à sainte Barbe.

Deux ans plus tard, l'évêque de Vaison rend une sentence de destruction du monastère de Sainte-Ursule de Malaucène, motivée par l'état de pauvreté de la communauté. Les bâtiments du couvent sont vendus à l'hôpital des pauvres de la ville. Les capitaux et les biens sont assignés au remboursement des dettes et aux dots des religieuses intégrées dans d'autres communautés. Le restant doit être consacré à l'établissement de maîtresses pour l'éducation des filles de Malaucène.

Cinq religieuses de Malaucène sont alors transférées dans le monastère de Carpentras et deux dans celui de Pernes.

Informations sur les modalités d'entrée

Provenance inconnue ; certains documents viendraient du notariat de Malaucène.

On trouvera dans le fonds

Érection du couvent (1639), affaire Édouard Pontaix vicaire (1641), état des religieuses (1645-1703), élections des supérieures (1645-1664), inventaire du mobilier (1645-1661), comptabilité (1639-1664), pensions (1639-1748), achat de maison (1720), procédures (1642-1737).

Poursuivre votre recherche en ligne

Situer "Couvent des Ursulines de Malaucène" dans son contexte

Sources complémentaires aux archives départementales de Vaucluse

Notariat de Malaucène

3 E 43/544 : arrentement et promesse de vente de maison à Malaucène, de César d'Astier pour les Ursulines de Valréas (3 novembre 1639).

Fonds de la Chambre apostolique du Comtat Venaissin

B 300, fol. 12 v° : licence donnée aux Ursulines de Malaucène de jeter un arceau à travers la rue des Jesiou, afin de réunir leur couvent avec la maison d'en face qu'elles venaient d'acquérir (1640).

Fonds de l'évêché de Vaison

6 G 29, pièce 88 : seconde visite pastorale de la ville de Malaucène par Paul Louis de Sallières de Fosseran, évêque de Vaison (1754).

Fonds des Ursulines de Carpentras

99 H 4 : réception des religieuses ursulines de Malaucène au monastère des Ursulines de Carpentras (1755-1756).

Sources complémentaires hors archives départementales de Vaucluse

Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras

Ms 2225 : Histoire manuscrite de Malaucène par Guiniez, prêtre, 1733 (revue en 1754, 480 p.)

Ms 1419 : Recueil de pièces concernant les religieuses de la Visitation, les Ursulines, les Dominicaines de Carpentras, les Ursulines de Pernes et les Ursulines de Caromb. (1720-1737).

Bibliographie

Geraud (Marthe), sœur Marie du Saint-Esprit. Aux origines des Ursulines en France. Compte-rendu de recherches. Lyon, 1999-2000, cahiers avec bibliographie.

Gueudré, mère Marie de Chantal, Histoire de l'ordre des Ursulines en France, 2 vol., Paris, 1958-1960.

Sarre (Alain), Vivre sa soumission. L'exemple des Ursulines provençales et comtadines (1592-1792). Paris, 1997, 671 p.

Saurel (Ferdinand), Histoire de la ville de Malaucène et de son territoire ornée de cartes, plans vues et armoiries. Tome premier. Avignon, Roumanille, 1882.

Date de création de la description

jeudi 20 février 2014

Date de dernière modification de la description

lundi 2 octobre 2017

Mots-clés

Vous êtes dans : les inventaires en ligne
Thème de la recherche : histoire religieuse
Sous-domaine de recherche : catholiques
Contexte historique : Réforme catholique
Nom géographique : Malaucène (Vaucluse, France)

Contenu

Informations bibliographiques

Informations de publication

Déclaration de titre

Titre : Couvent des Ursulines de Malaucène
Sous-titre : Répertoire numérique
Auteur : par Blandine Silvestre

Déclaration de publication

Éditeur : Archives départementales de Vaucluse
Adresse : Avignon
Date : 2014

Profil

Création : Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 8-7.2 du mercredi 6 septembre 2017 . Date de l'export : lundi 2 octobre 2017 (11:54 h)
Langue : Instrument de recherche rédigé en français