Fabrique de berlingots Eysséric

par Sophie Imbert

Présentation

Cotes extrêmes

74 J 1-52

Intitulé

Fabrique de berlingots Eysséric

Dates extrêmes

1845-XXe siècle

Description physique

Type

Document d'archives

Nombre d'articles

50

Métrage linéaire

1,30

Éléments historiques

Le berlingot de Carpentras, le plus célèbre bien qu'il en existe à Nantes (Loire-Atlantique), Cauterets (Hautes-Pyrénées), Pézenas (Hérault) et Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), est un élégant bonbon de sucre rayé, à la forme de tétraèdre caractéristique. Spécialité de la maison Eysséric, il est produit à partir du sirop d'égouttage des fruits confits.

L'entreprise de confiserie Eysséric a été fondée en 1851 (d'après une affiche qui ne figure pas dans le fonds) par Gustave Eysséric, brièvement associé entre 1875 et 1877 à Gratien Auguste Bertrand (74 J 9).

Gustave Eysséric est à l'origine de l'industrialisation de la production du berlingot, récompensé à de nombreux salons : en 1864 à l'exposition nationale d'Angers et à l'exposition agricole de Carpentras ; en 1875 à l'exposition internationale de Paris ; en 1877 par la médaille vermeil (la plus haute récompense) de l'exposition de Vaucluse à Carpentras.

Gustave Eysséric meurt en 1897, alors que ses enfants Marie, Jeanne et Gustave, ont respectivement 16, 15 et 12 ans. Il semble que ce soit la veuve de Gustave Eysséric, Antoinette Vassail, qui prenne alors les rênes de l'entreprise. Le fils de Gustave étant mort jeune (à 28 ans en 1913), l'entreprise familiale passe ensuite à la famille Olive, Léon Olive ayant épousé l'aînée des filles Eysséric, Marie. Pierre Olive-Eysséric, petit-fils du fondateur, dirige l'entreprise jusqu'à sa mort accidentelle en 1974.

En 1976, la famille Eysséric cède ses actions à M. Monval, mais l'entreprise disparaît quelques années plus tard.

Généalogie de la famille Eysséric

Informations sur les modalités d'entrée

Dépôt de l'Association pour la Sauvegarde et la Promotion du Patrimoine Industriel en Vaucluse (ASPPIV) 1998

On trouvera dans le fonds

Le fonds Eysséric est un fonds épave donnant une idée très partielle de l'histoire de la fabrique de berlingots éponyme. Les archives composant le fonds concernent tout autant le fonctionnement de la fabrique que les membres de la famille, l'histoire de cette entreprise familiale étant nécessairement étroitement liée à l'histoire des familles Eysséric puis Olive.

Archives professionnelles

Pour ce qui concerne la maison de confiserie, peu d'archives permettent de connaître les procédés de fabrication, hormis quelques documents techniques (74 J 16). Les archives concernent plutôt l'emballage en boîtes métalliques (74 J 1), primordial pour diffuser ce bonbon fragile, qui craint l'humidité. L'article 74 J 8 atteste néanmoins la diffusion des berlingots Eysséric jusqu'en Guadeloupe, en Egypte, en Indochine, en Afrique-Occidentale française et à Madagascar. On signalera la présence dans le fonds de gouaches vraisemblablement destinées à être reproduites sur les boîtes (74 J 2) et une collection d'étiquettes, dont un échantillon seulement de chaque modèle a été conservé (74 J 3).

Le fonds comprend également des documents comptables et bancaires (1847-1939) et quelques documents relatifs au personnel de la fabrique : on saluera la Légion d'honneur de Rosine Moulin épouse Bernard, attribuée en 1929 pour 64 ans de services continus dans la maison Eysséric (74 J 10).

Quelques liasses permettent de connaître partiellement la stratégie commerciale de l'entreprise, surtout dans les années 1950, pour promouvoir le berlingot, "Un diamant qui se déguste !" (74 J 13 et 74 J 14), dans la droite ligne du slogan "les joyaux de la confiserie française" (74 J 2).

Archives familiales

Les archives personnelles concernent principalement Gustave Eysséric, le fondateur, et sa seconde épouse Antoinette Vassail, leurs filles et surtout leur fils Gustave, ainsi que les membres de la famille Olive : Léon Olive, avocat marseillais et époux de la fille aînée de Gustave Eysséric, Marie ; son père Camille Olive, et leur fils Pierre. Le sort de cette famille semble marqué par les accidents automobiles : Léon Olive en 1932, son fils Pierre en 1935 et 1936 (74 J 28) et celui de 1974, qui marque quasiment la fin de l'entreprise Eysséric.

Autres documents

Un certain nombre de documents n'ont pu être rattachés au fonds. Il s'agit essentiellement de publications, économiques et financières, culturelles ou littéraires, religieuses, historiques et politiques, etc. et de revues régionales.

Poursuivre votre recherche en ligne

Situer " Fabrique de berlingots Eysséric" dans son contexte

Sources complémentaires aux archives départementales de Vaucluse

3 U 3/469 Étiquettes et papiers d'emballage déposés auprès du tribunal de commerce de Carpentras par la fabrique Eysséric (23 octobre 1873, 23 juin 1874, 13 novembre 1924) et d'autres fabriquants de berlingots (Louis Long le 24 février 1873, Benjamin Nelson Naquet le 2 juillet 1883, Antoine Perrot le 11 février 1925).

3 U 3/152 Jugement du tribunal civil de Carpentras rejetant la demande de Gustave Eysséric revendiquant la propriété exclusive du berlingot, mais condamnant Louis Long pour concurrence déloyale et contrefaçon des produits Eysséric (10 juin 1874). Gustave Eysséric avait déposé ses marques au greffe du tribunal de commerce le 23 juin 1857. Ce dépôt n'est hélas pas conservé dans les archives judiciaires.

Sources complémentaires hors archives départementales de Vaucluse

Bibliothèque de Carpentras :

- ms 2495 Correspondance de Joseph Eysséric avec Gustave Eysséric père et fils, ses oncle et cousin.

- ms 2504 Pièces diverses concernant diverses familles, dont la famille Eysséric.

- ms 2505 Pièces diverses provenant de la maison Pansier.

- ms 2507 Lettres de Joseph Eysséric, notamment à son oncle Gustave Eysséric, à sa tante Antoinette Vassail veuve de Gustave Eysséric.

- ms 2511 Minutes de correspondance de Joseph Eysséric de 1914 à 1932 et de Mme veuve Eysséric (1936).

- ms 2513 Gustave Eysséric (1885-1913), essais sur la géométrie, copie de la main de Joseph Eysséric.

Bibliographie

  • Dictionnaire biographique de Vaucluse, 1904, p. 231-235
  • Raquillet (Henri), "La fabrique de berlingots Raquillet-Chabas à Carpentras (1909-1983)", dans Sauvegarde et promotion du patrimoine industriel en Vaucluse, cahier n°24, 1996, p.3-32.

Date de création de la description

vendredi 14 février 2014

Date de dernière modification de la description

mardi 3 octobre 2017

Mots-clés

Vous êtes dans : les inventaires en ligne
Thème de la recherche : industrie
Nom géographique : Carpentras (Vaucluse, France)

Contenu

Informations bibliographiques

Informations de publication

Déclaration de titre

Titre : Fabrique de berlingots Eysséric
Sous-titre : Répertoire numérique détaillé
Auteur : par Sophie Imbert

Déclaration de publication

Éditeur : Archives départementales de Vaucluse
Adresse : Avignon
Date : 2016

Profil

Création : Instrument de recherche produit au moyen du logiciel Arkhéïa Aide au classement de la société Anaphore sarl, version 8-7.2 du mercredi 6 septembre 2017 . Date de l'export : mardi 7 novembre 2017 (17:26 h)
Langue : Instrument de recherche rédigé en français