Université d'Orange • 1268-1784 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

On trouvera dans le fonds

Transaction concernant l'école épiscopale, lettres patentes et bulle papale, statuts (1268-1764) ; délibérations du corps de l'université (1590-1782), 22 vol. ; extraits baptistaires des étudiants (1739-1784) ; matricules de l'université et de la faculté de médecine (1717-1768).

Description physique

Nombre d'articles

29 articles (il existe un art. GG 77bis)

Métrage linéaire

2,15

Situation du fonds

Fonds clos

Éléments historiques

Succédant à un studium épiscopal attesté au XIIIe siècle, l'université d'Orange doit sa fondation le 6 juin 1365 à l'empereur Charles IV , roi de Bohème, à la demande qui lui fut faite de la part du prince d'Orange, Raymond des Baux. L'université reçut la possibilité d'enseigner dans les quatre facultés, et de conférer des grades. Cette fondation fut confirmée par le pape Urbain V en 1366. Cependant, tout au long de son existence, cette université eut à subir les attaques des universités voisines (Avignon, Montpellier, Perpignan). Un moment suspendue pendant les troubles de la Réforme, elle est rétablie sous l'autorité des protestants en 1573 par Ludovic de Nassau qui en règle le fonctionnement intérieur ; l'édit de 1607 introduit la parité des deux religions, tant dans le corps professoral que chez les étudiants ; mais l'université d'Orange fut avant tout, au cours du XVIIe siècle, un centre d'études protestantes, recevant des étudiants étrangers de Hollande et de Suisse. Sa spécialité est surtout le droit. En l'absence de registres d'inscriptions des étudiants, leur nombre est difficile à évaluer, mais celui des gradués semble avoir connu son apogée au XVIIe siècle (jusqu'à 93 diplômés en 1679) ; au XVIIIe siècle, le nombre des étudiants fut très variable. A la réunion de la principauté à la France, la direction de l'université d' Orange fut de nouveau confiée à l'évêque, et les statuts furent modifiés en 1718 afin de s'aligner sur les autres universités du royaume ; mais les attaques n'en cessèrent pas moins, notamment de la part de l'université voisine de Valence, et des projets de suppression furent même envisagés. L'université devait pourtant persister jusqu'à la Révolution, avant de disparaître, comme les autres universités, par le décret Lakanal de 1793.

Modalités d'entrée

Séquestre révolutionnaire

Inventaire à consulter

Inventaire sommaire manuscrit des archives communales d'Orange antérieures à 1790, tome II : séries DD-II. S.d. (vers 1870).

Sources complémentaires aux archives départementales de Vaucluse

Sous la cote D 480 des archives départementales de Vaucluse figurent deux diplômes de l'université d'Orange (1632 ; 1732).

Bibliographie

Millet (Martial), Notice sur l'université d'Orange. Avignon, Seguin, 1878, 44 p.

Vidor-Borricand (Mireille), Une université méconnue, l'université d'Orange. Aix-en-Provence, éd. Borricand, 1977. 129 p.

Mots-clés

Thème de la recherche : principauté d'Orangeenseignement
Vous êtes dans : l'état des fonds
Matière : enseignement
Organisme : Université d'Orange
Nom géographique : Orange (Vaucluse, France)
Cotes extrêmes : FRAC084087_GG 51-78

Documents relatifs