Congrégation des pauvres hommes d'Avignon • 1734-1792 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

Situation du fonds

Fonds disparu

Éléments historiques

Le mémoire intitulé «Origine et établissement de la congrégation des pauvres hommes d'Avignon», conservé dans le fonds du chapitre de la collégiale Saint-Pierre, pour lequel il fut rédigé après 1760, retrace les premiers temps de la congrégation qui voit le jour sous l'épiscopat de Mgr de Gonteri, en 1734.

L'auteur fait remonter l'inspiration de la fondation à la vice-légation d'Alaman Salviati (1711-1717). Il associe l'aumône généreuse du prélat au souci de l'édification des âmes qui anime les prêtres diocésains et situe topographiquement les débuts de l'œuvre au sein même du palais apostolique. Le texte lie la naissance des deux congrégations, féminine et masculine, la première étant légèrement plus précoce. Les directeurs de la congrégation des hommes, sous le titre de Notre Dame des pauvres, sont des prêtres séculiers, membres des chapitres collégiaux et paroissiaux de la ville et de la métropole Notre-Dame des Doms.

Cette œuvre est accueillie dans l'église des religieuses dominicaines de Sainte-Praxède, de 1734 à 1736, puis dans celle du couvent de Saint-Martial de 1736 à 1757. En 1749 les directeurs de la congrégation achètent deux maisons, rue Philonarde, voisines de la chapelle du monastère de la Visitation Sainte-Marie. Sur cet emplacement, le chantier de construction de la chapelle commence en 1751, sous la direction de l'architecte François Lamy qui en a dessiné le projet. Le plan, inscrit dans le bâti environnant, est simple : une nef unique à chevet plat, bordée de chapelles latérales logées entre de grands arcs. La façade, en « antecreuse », forme un arc concave sur la rue Philonarde. Une grande tribune lui est adossée, deux petites tribunes encadrent le chœur et une chaire à prêcher s'élève dans la nef. En annexe et en communication avec l'église sont aménagées au sud-est une sacristie avec logement à l'étage, et à l'opposé en bordure de rue, la maison du concierge.

L'architecte conduit le chantier jusqu'en octobre 1753. Le maçon François Rochas lui succède et supervise les travaux jusqu'à leur terme, en juin 1760.

La consécration de la chapelle, sous le titre de Notre-Dame de Conversion, et le transfert du siège de la congrégation sont célébrés le 14 août 1757. Les charpentiers sont encore à l'œuvre pour couvrir l'édifice. La dernière campagne de travaux commence en 1759, pour la réalisation du plafond en plâtre.

Le chapitre de la collégiale Saint-Pierre, paroisse dont dépend dès lors la congrégation autorise celle-ci à poser une cloche pour convoquer les hommes au service divin et aux exercices spirituels. Il lui octroie aussi le droit de sépulture et de bénédiction des mariages. Le journal du chanoine Franque, signale la réalisation d'un retable en juillet 1770.

La loi du 8 août 1792 entraîne la suppression de la congrégation et la confiscation de ses biens. À compter de cette date, la chapelle va devenir le siège d'une société patriotique, club ou section dite des pauvres hommes, puis de l'Égalité.

À partir de l'an II, elle est donnée à fermage comme magasin de fourrages puis elle est mise en vente, au titre de bien national, le 23 prairial de l'an IV (11 juin 1796). Une société d'actionnaires devient propriétaire de la chapelle dans laquelle se reconstitue la congrégation des pauvres hommes au XIXe siècle. En mars 1914, Joseph Amic signe l'achat de la chapelle. Trente ans plus tard, il en fait apport à l'association La Philonarde dont les statuts sont déposés dans le même temps.

Depuis l'installation de la Mission italienne en ses murs, à la fin des années 1950, la chapelle est connue sous le nom de chapelle de la Mission italienne.

(B. Silvestre)

Sources complémentaires aux archives départementales de Vaucluse

Hormis le mémoire rédigé à l'intention du chapitre de la collégiale Saint-Pierre d'Avignon, des fonds variés, conservés aux Archives départementales de Vaucluse et à la Bibliothèque municipale d'Avignon, permettent de retracer l'histoire de la congrégation, essentiellement du point de vue du financement et de la construction de la chapelle.

Bibliographie

Silvestre (Blandine), "La chapelle de la Congrégation des pauvres hommes à Avignon" in Annuaire de la Société des Amis du Palais des Papes, t. LXXXVIII-XC, 2011-2013, p. 37-61

Mots-clés

Documents relatifs