Abbaye Saint-Eusèbe de Saignon • XIe-XVIIIe siècles Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

On trouvera dans le fonds

Le fonds d'archives est quasiment entièrement disparu, mais on doit à E. Sauze l'élaboration d'un catalogue de 444 actes concernant l'abbaye Saint-Eusèbe qui recense les quelques documents préservés et ceux mentionnés dans des anciens inventaires.

Situation du fonds

Fonds disparu

Éléments historiques

Les origines du monastère qui remonteraient à la fin du Xe ou au début du XIe siècle, restent mal connues, mais s'inscrivent dans un tissu de relations de familles aristocratiques du pays d'Apt, dont les Castellane-Lacoste, qui donnèrent à l'Église d'Apt des biens répartis dans plusieurs diocèses provençaux. Par un acte de 1033, l'abbaye Saint-Eusèbe est rattachée à celle de Saint-Gilles, - entretemps devenue membre de l'ordre de Cluny- puis à l'abbaye de Lérins, enfin à nouveau à Saint-Gilles à la fin du siècle sous l'effet de la réforme grégorienne. À son voyage de retour, le pape Urbain II s'arrêta à Saignon pour y consacrer l'église Saint-Eusèbe le 5 août 1096 ; le chantier de l'abbatiale durera en deux étapes tout le XIIe siècle, la nef pouvant avoir été achevée tardivement dans le cours de ce siècle. Des bâtiments conventuels - et un cloître, aujourd'hui disparu - jouxtaient l'église. Le clocher de l'abbatiale a été abattu dans les années 1920. Dans ses relations avec l'abbaye de Saint-Gilles, Saint-Eusèbe de Saignon a gardé une certaine indépendance et originalité, comme étant la seule "abbaye" détenue par la puissante abbaye de Saint-Gilles : l'élection de l'abbé se fit par la communauté jusqu'en 1420, date à laquelle Martin V instaura la commende à Saint-Eusèbe. À cette époque, le rattachement à l'ordre de Saint-Gilles n'était plus que symbolique, et à la différence des églises de Roussillon, Saint-Eusèbe de Saignon ne figurait plus en 1538 parmi les dépendances de l'abbaye de Saint-Gilles. De la longue série des prélats et ecclésiastiques qui obtinrent l'abbatiat à l'époque moderne, se détache René de Pradalouet, abbé de Saint-Eusèbe de 1686 à 1710, qui fut un des rares abbés à résider, et qui reconstitua le temporel de l'abbaye. Mais au XVIIIe siècle l'état des bâtiments est déplorable et la gestion de l'abbaye est entièrement confiée à un fermier. L'abbaye et ses dépendances furent vendues comme biens nationaux en 1791.

Inventaire à consulter

Sauze (E.), "Catalogue des actes concernant l'abbaye de Saint-Eusèbe de Saignon [de 1004 à 1777]", dans L'abbaye Saint-Eusèbe de Saignon et ses dépendances, Forcalquier, 2006, p. 307-361.

Bibliographie

Barruol (G.), Codou (Y.), dir., L'abbaye Saint-Eusèbe de Saignon (Vaucluse) et ses dépendances. Histoire et archéologie. Forcalquier, Les Alpes de Lumière, 2006. 383 p.

Mots-clés

Documents relatifs