Commanderie des Antonins d'Avignon • XIVe-XVIIIe siècles Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

On trouvera dans le fonds

Gestion de la commanderie d'Avignon, revenus, rentes, biens et directes, arrentements (XIIIe-XVIIIe s.) ; réparations à l'église Saint-Antoine ; procès (1648-1652) ; union de la commanderie de Valréas et gestion des biens (1596-XVIIIIe s.) ; union à la Congrégation réformée de Saint-Antoine (1658) ; inventaires (XVIIIe s.) ; titres relatifs à la gestion de Pierre de Murinaris, précepteur (1627-1658) et autres titres de gestion (1737-1764) [ces derniers documents sont conservés aux Archives départementales du Rhône].

Description physique

Nombre d'articles

10 articles

Situation du fonds

Fonds clos

Éléments historiques

L'ordre des Hospitaliers de Saint-Antoine puise ses origines au XIIe siècle avec la création d'hôpitaux et aumônes chargés d'accueillir les malades victimes du "mal des ardents". De Saint-Antoine en Viennois, l'Ordre essaima très vite en Europe avec près de 200 maisons à la fin du Moyen Âge. Boniface VIII, pour régler un différend avec l'abbaye de Montmajour, érigea en 1298 les Antonins en ordre religieux et militaire, tout en leur accordant un statut de chanoines réguliers selon la règle de saint Augustin. À l'époque moderne, déjà ébranlé par les guerres de religion, l'ordre de Saint-Antoine se divisa face aux entreprises de réforme de la papauté. Leur long déclin, accentué au XVIIIe siècle, conduisit le chapitre général à décider l'incorporation à l'ordre de Malte, ce qui fut confirmé par le pape Pie VI en 1776 puis par des lettres patentes du roi de France du 8 novembre 1777.

L'hôpital Saint-Antoine d'Avignon aurait été fondé vers 1210, mais les premiers actes remontent à la fin du XIIIe siècle. Avec l'installation de la papauté à Avignon, l'hôpital établi près de l'église Saint-Didier reçut des dons et legs ; en 1433, sa gestion est réputée sans reproche. Mais au XVe siècle, l'oeuvre a perdu de son utilité et la préceptorerie ou commanderie de Saint-Antoine d'Avignon fut réduite à un simple bénéfice. Cette situation perdura aux XVIIe et XVIIIe siècles, même si en 1695 deux religieux occupaient encore les bâtiments et si de 1730 à 1745 des travaux d'embellissement concernèrent l'église. Celle-ci fut vendue peu après la suppression de l'Ordre en 1777.

Historique de la conservation

Le fonds d'archives des Antonins a été réuni à celui de l'ordre de Malte, à la suppression des Antonins en 1774.

Modalités d'entrée

Séquestre révolutionnaire.

Inventaire à consulter

Archives départementales du Rhône. Répertoire numérique de la sous-série 49 H. Ordre hospitalier de Saint-Antoine-en-Viennois. par R. Lacour. Lyon, 1973.

Archives départementales des Bouches-du-Rhône. Répertoire de la série H. 56 H : Grand prieuré de Saint-Gilles des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, par Édouard Baratier et Madeleine Villard. Marseille, 1966. 262 p.

Bibliographie

Pansier (Dr), "L'hôpital Saint-Antoine à Avignon et le tombeau d'Alain Chartier", Revue du Midi, t. 24, 1910, p. 77-101.

Mots-clés

Thème de la recherche : histoire religieuse
Vous êtes dans : l'état des fonds
Matière : vie religieuseassistance
Nom géographique : Avignon (Vaucluse, France)
Cotes extrêmes : FRAD013_56 H 3505, 3508, 3791-3792, 3804-3805, 5331 FRAD069_49 H 584-586

Documents relatifs