Chapitre collégial Notre-Dame la Principale d'Avignon • 1587-1790 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

On trouvera dans le fonds

Administration (1607-1768), fondations, legs, pensions (1587-1783), comptes (1744-1790), reconnaissances, directes et censes (XVIIe-XVIIIe s.), procédures (XVIIe-XVIIIe s.).

Description physique

Métrage linéaire

0,75

Localisation physique

Archives départementales de Vaucluse

Situation du fonds

Fonds clos

Éléments historiques

Les fouilles archéologiques réalisées dans ce quartier d'Avignon en 1995 et sous l'édifice actuel, ont révélé la présence d'une muraille de l'époque gallo-romaine en grand appareil. On suppose l'existence à cet endroit de thermes, dans lesquels se serait logée plus tard une église. Cependant, les plus anciennes tombes découvertes ne remontent pas au delà de l'époque carolingienne (D. Carru).

L'acte le plus ancien mentionnant cette église est des années 1107-1115. Elle porte le vocable de Notre-Dame la Principale, sans que l'on en connaisse véritablement le sens.

Une bulle de Jean XXII du 16 novembre 1318 attribue la paroisse, d'une étendue assez réduite mais située au coeur d'un quartier devenu très actif, au doyenné de Notre-Dame des Doms. Sous l'autorité de ce doyen, un "doyen administrant" gère les revenus de l'église par quelques chapelains.

Plusieurs chapelllenies privées furent fondées par des particuliers ; la plus importante est celle de Saint-Ambroise, fondée par le Milanais Nègre de Milan.

Jouxtant l'église Notre-Dame la Principale fut construite sous Urbain V la chapelle Notre-Dame d'Espérance ; on y vénérait une image de la Vierge, et un miracle s'y serait produit en 1373. Grégoire XI promulgua des statuts pour la garde de l'image par des chapelains particuliers (G. Ramette, Mém. Acad. Vaucluse, 1935).

Quant au chantier de reconstruction de l'église, il s'est étalé du XIVe au XVIe siècle (E. Sauze).

Le choeur date de l'époque pontificale, et au XVe siècle les travaux ont concerné la grande sacristie et cinq chapelles latérales (sur les six que compte l'église), celles de Notre-Dame des Florentins (1473), Sainte-Anne (1475), l'Annonciation (av. 1480), Saint-Sépulcre (1480) et Saint-Ambroise (1481).

La nef quant à elle fut reconstruite en trois étapes, par travées, entre 1510 et 1555, et le porche termina l'oeuvre en 1561.

Le clocher date des années 1610-1613.

Les derniers travaux ont concerné la seconde chapelle latérale côté Nord, sous le titre de Notre-Dame de Pitié, due à l'architecte Jean-Baptiste Péru (1759).

La maison presbytérale, située sur le flanc sud, fut agrandie à plusieurs reprises aux XVe et XVIe siècle, et réaménagée à la fin du siècle pour les chanoines du nouveau chapitre collégial. Le cimetière était situé un peu plus bas, au sud de la place actuelle qui ne fut créée que récemment après la démolition d'un îlot d'habitations.

Depuis le XVe siècle, un conseil de fabrique diriigé par des "ouvriers" c'est-à-dire chargés de "l'oeuvre", recueillait les dons pour l'entretien et la décoration.

Le chapitre collégial doit son établissement à la volonté d'un curé de la paroisse, Valentin Mense, qui l'obtint en 1584. Mais il ne fut vraiment institué que cinq ans plus tard par un décret de Mgr Grimaldi, archevêque d'Avignon, du 20 janvier 1589 ; le chapitre comptait à l'origine 1 recteur et 5 chanoines ; le nombre des membres était passé à la veille de la Révolution à 10 chanoines, 1 chanoine capiscol et 1 recteur.

Le chapitre de Notre-Dame la Principale fut supprimé en mars 1791, et le nombre des paroisses ayant été réduit de 7 à 5, l'église fut fermée en 1792.

En prairial an II, elle servit de maison de réclusion des "suspects".

Acquise comme bien national par divers prête-noms lors de la vente du 17 septembre 1796, elle fut en fait reprise par d'anciens membres de la confrérie des pénitents blancs, qui avait été dissoute en 1792.

Ces anciens pénitents obtinrent que l'église soit rendue au culte et leur serve de chapelle à partir de 1815.

Modalités d'entrée

Séquestre révolutionnaire

Communicabilité

Fonds classé. Fonds communicable

Inventaire à consulter

Répertoire numérique de la série G (Clergé séculier), par L. Imbert et J. de Font-Réaulx, Avignon, 1956, IV-674 p.

Bibliographie

Carru (D.), "L'origine des églises d'Avignon d'après les sources archéologiques", Annuaire de la Société des Amis du Palais des Papes, LXXIII, 1996, p. 65-77.

Hayez (A.M.), "La paroisse Notre-Dame la Principale au temps des papes d'Avignon", Annuaire de la Société des Amis du Palais des Papes, LXXX, 2003, p. 85-108.

Sauze (E.), "L'église Notre-Dame la Principale d'Avignon", Études vauclusiennes, LVI, juillet-décembre 1996, p.13-24

Mots-clés

Cotes extrêmes : FRAD084_13 G 1-14

Documents relatifs