Chapitre collégial Saint-Étienne ou Sainte-Madeleine d'Avignon • 1405-1792 Voir dans l'inventaire Ajout à votre panier

On trouvera dans le fonds

Chartrier (1405-1684), fondation et érection de la collégiale, titres (1565-1781), statuts (1668), fondations et pensions (XVIe-XVIIIe s.), reconnaissances (1626-1787), comptes (1602-1792), procès et transactions (1580-1782), union de chapellenies (1545-1778), livre des ouvriers, avec inventaire (1507-1738).

Description physique

Métrage linéaire

1,60

Localisation physique

Archives départementales de Vaucluse
Bibliothèque municipale d'Avignon

Situation du fonds

Fonds clos

Éléments historiques

La paroisse Saint-Étienne avait son siège de toute ancienneté, dans l'église de ce nom, située sur le Rocher des Doms, au sud de la cathédrale Notre-Dame des Doms, qu'ellle jouxtait. Elle formait ainsi un élément du groupe épiscopal, avec la cathédrale et le palais de l'évêque.

L'accession de l'ancien évêque d'Avignon à la papauté bouleversa quelque peu cet ensemble de bâtiments. Quand il s'installe à nouveau dans le palais épiscopal, Jean XXII s'appropria purement et simplement l'église Saint-Étienne pour en faire la chapelle du palais pontifical.

Le titre paroissial fut alors transféré sur une chapelle située en contrebas vers le Rhône, la chapelle Sainte-Marie-Madeleine (13 décembre 1317). En janvier 1318, le recteur obtint la possibilité de disposer de plusieurs biens pour acheter un autre endroit, et édifier une nouvelle église, ce qui ne se fit pas (A.M. Hayez). L'ancienne chapelle Sainte-Marie-Madeleine devint l'église Saint-Étienne et Sainte-Marie-Madeleine (ou de la Madeleine). Elle fut réunie à l'Aumônerie de Notre-Dame des Doms, et fut desservie par plusieurs chapelains.

Quelques travaux furent entrepris au XIVe siècle. Mais les revenus restèrent modestes.

Le cimetière de la paroisse resta au Rocher des Doms.

Par la suite, l'église fut érigée à son tour en collégiale, avec chapitre de chanoines.

L'état de la construction s'étant dégradé, on mentionne en 1734 l'église comme menaçant ruine, et l'archevêque dut même prononcer un temps l'interdit. C'est alors qu'on la reconstruisit, en grande partie, au même endroit.

Le chapitre collégial est supprimé comme les autres chapitres de la ville au mois de mars 1791. La paroisse est maintenue quelque temps avec un prêtre assermenté, puis finalement supprimée le 23 janvier 1792 ; l'église est alors fermée.

Vendue par lots en 1795 et 1796 en même temps que le cloître et les chapellles, transformée en magasin, elle est démolie en 1842 à l'exception de la base du clocher qui demeure.

Modalités d'entrée

Séquestre révolutionnaire

Communicabilité

Fonds classé. Fonds communicable

Inventaire à consulter

Répertoire numérique de la série G (Clergé séculier), par L. Imbert et J. de Font-Réaulx, Avignon, 1956, IV-674 p.

Bibliographie

Hayez (A.M.), "La paroisse Saint-Étienne au temps des papes d'Avignon", Annuaire de la Société des Amis du Palais des Papes, t. LXXV, 1998, p. 83-97.

Mots-clés

Cotes extrêmes : FRAD084_12 G 1-37 Bibl. mun. Avignon ms 5392

Documents relatifs